Abeille et environnement en fête

Samedi 22 et dimanche 23 septembre 2018

L’Ecomusée accueille et propose

 

en partenariat avec la Fédération des Amis du Perche,

l’Union Apicole Ornaise et le CETA-Abeille noire :

 

COLLOQUE DES AMIS DU PERCHE :

L’abeille, sentinelle de l’environnement

Samedi 22 septembre 2018, de 14h30 à 17h30

 

LA FÊTE DE L’ABEILLE ET DE L’ENVIRONNEMENT

15e édition de la Fête de l’abeille

Dimanche 23 septembre 2018, de 10h30 à 18h

En 2018, un colloque sur : l’Abeille, sentinelle de notre environnement

 

Le principe

 

La Fête de l’abeille et de l’environnement est destinée à tous publics, en raison de la diversité des propositions adaptées à tous les âges, aux attentes des simples curieux jusqu’aux apiculteurs confirmés. Les visiteurs peuvent assister à des conférences, des démonstrations, découvrir une exposition, une extraction de miel en direct, mais aussi observer des abeilles dans une ruche vitrée, déguster caramels au miel ou pains d’épices…

 

Les apiculteurs trouveront des fournisseurs de matériel sur place. Les « shoppers » feront leurs provisions sur les stands : miel, pollen, propolis, savon…

 

Les parents pourront accompagner leurs enfants au village qui leur est dédié où ils pourront manier la brouette à hausses, fabriquer des bougies, se faire maquiller et se prendre au jeu de la photographie grâce au Bestiaire Amoureux.

 

Cette année, l’écomusée accueille le colloque des Amis du Perche, L’Abeille, sentinelle de l’environnement !, permettant ainsi de développer sur deux jours cette manifestation consacrée aux abeilles et de façon plus large, à l’environnement

 

 

La philosophie du projet

Découvrir le monde des abeilles, se sensibiliser à la biodiversité et à une pratique ancestrale. C’est l’apiculture, de façon ludique, gourmande et instructive !

 

Les horaires et les tarifs :

Samedi 22 septembre : Colloque des Amis du Perche, 14h30-17h30. Gratuit

Dimanche 23 septembre : Fête de l’Abeille et de l’environnement, 10h30-18h.

Tarifs : 7€, gratuit jusqu’à 18 ans. Demi-tarif pour les apiculteurs adhérant à un syndicat apicole.

Réservez votre place en ligne et bénéficiez d'un tarif préférentiel

 

Pour le confort des visiteurs, sont mis en place un parking et des stands de restauration. Possibilité de pique-nique sur le site, tables à disposition.

 

L’apiculture, l’écomusée, l’UAO et le CETA-ANO

L’Ecomusée vous propose de découvrir le monde de l’apiculture avec la participation de plusieurs associations : l’Union Apicole Ornaise, le CETA-ANO, le Syndicat National des Apiculteurs, l’Union Nationale des Apiculteurs de France, le Groupement de Défense Sanitaire.

La présence des apiculteurs amateurs, des passionnés, lesquels jour après jour, visitent, entretiennent, aiment ces petites bêtes, donne la véritable dimension du travail de l’écomusée.

Dès 1994, l’activité apicole a démarré à l’écomusée en partenariat avec l’Union Apicole Ornaise. Au fil des années, les séances d’initiation pour les adultes et pour les scolaires se sont installées dans la programmation.

Chaque année, une vingtaine de personnes acquièrent à l’écomusée les compétences nécessaires pour se lancer dans une pratique apicole en amateur.

Le nombre de scolaires sensibilisés à l’apiculture est en constante augmentation, dans le cadre des ateliers pédagogiques consacrés à l’apiculture.

Le but que l’écomusée poursuit avec l’UAO est de partager, transmettre des pratiques et des connaissances scientifiques, ceci afin de mieux appréhender notre environnement et de mesurer les relations de notre société à la nature.

La fête de l’abeille 2018 s’intéresse à la thématique disparition des insectes et environnement, tout en consacrant une place importante à la gastronomie (pains d’épices, caramels au miel), avec la venue de Gérard Provost, de la Société les Ruchers du Perche.

 

LE COLLOQUE DES AMIS DU PERCHE :

L’abeille sentinelle de l’environnement !

Samedi 22 septembre, de 14h30 à 17h30

 

Pourquoi un colloque environnemental des Amis du Perche ?

Lors d’une enquête organisée par la Fédération des Amis du Perche, les adhérents ont placé l’environnement au premier rang de leurs préoccupations, mettant en lumière une forte demande concernant la préservation de l’environnement, devenu un atout touristique pour notre région.

L’agriculture modèle le territoire et la diminution de l’élevage n’est pas sans conséquences sur nos paysages. Les énergies fossiles sont devenues un danger pour notre planète et les énergies renouvelables font débat.

C’est pourquoi, le 6 mai 2017, les Amis du Perche décident de créer un comité « Environnement ».

La Fédération, qui œuvre déjà dans ce domaine au travers des Cahiers Percherons et de sa revue Pays du Perche, souhaite étendre son champ d’action et c’est ainsi que naît l’idée d’un colloque.

Les liens forts de l’écomusée et des Amis du Perche ne sont plus à démontrer, car faut-il le rappeler, les Amis du Perche sont à l’origine de la création du Musée des Arts et Traditions Populaires du Perche (1972), devenu depuis Écomusée du Perche (2000). Des manifestations sont régulièrement organisées en partenariat, par les deux structures. C’est donc très naturellement que le choix s’est porté sur le site de l’Écomusée pour organiser ce nouveau colloque. Le choix de la date, quant à lui, s’est imposé tout aussi naturellement par des thèmes concordant avec ceux développés par la Fête de l’Abeille, qui d’ailleurs élargit encore ses horizons en devenant la Fête de l’Abeille et de l’Environnement.

 

Pour cette première édition, le colloque des Amis du Perche reçoit :

  • Catherine Mousinho, spécialiste de l’Abeille, du Moyen Âge à nos jours, Université de Panthéon-Sorbonne, et membre des Amis du Perche : L’abeille : de nos ancêtres à ce jour. Et demain ?
  •  Bernard Bertrand, écrivain paysan, passionné par la biodiversité et l’abeille noire : Les ruches de la biodiversité.
  • Yves Darricau, ingénieur agronome, spécialisé dans le domaine de l’alimentation des abeilles : L’api foresterie : nourrir les abeilles.
  • Raymond Daman, responsable du CETA du Perche : Le CETA, un conservatoire pour l’abeille noire.

Un débat suivra l’ensemble des interventions.

 

Rendez-vous est donc donné, le 22 septembre, à l’Écomusée, pour assister à ce premier colloque environnemental des Amis du Perche.

LA FÊTE DE L’ABEILLE ET DE L’ENVIRONNEMENT

dimanche 23 septembre, de 10h30 à 18h

 

Les conférences

 

11h30 : Yves Darricau,

Planter pour éviter disettes et « malbouffe » à nos abeilles

Yves Darricau, est ingénieur agronome, apiculteur, planteur d’arbres et auteur…

L’auteur du livre "Planter des arbres pour les abeilles" démontre que planter et compléter la flore usuelle est une partie de la solution à apporter au défi écologique. L'api-agroforesterie diversifie les paysages et valorise les services écosystémiques.

Le réchauffement climatique fait sentir ses effets. Nos paysages agricoles changent et s’appauvrissent, les plantes souffrent et dessaisonnent. Les abeilles disparaissent sous l’effet d’un cocktail de causes multiples. Leur alimentation devient problématique en qualité et disponibilité… Comment agir, quoi planter pour que, demain, les pollinisateurs survivent et que nos jardins s’adaptent ? La tentation technologique existe mais il est aussi possible de choisir d’aider la Nature. Ingénieur agronome, apiculteur et planteur d’arbres, Yves Darricau présente une palette de plantes stratégiques déjà sélectionnées par les apiculteurs dans divers pays pour assurer un écosystème propice aux abeilles.

 

14h30 : Serge Gadoum, de l’OPIE

Abeilles et autres insectes pollinisateurs sauvages

Serge Gadoum est animateur du Plan national d’actions « France Terre de pollinisateurs » et chargé de projet insectes pollinisateurs, ainsi qu’animateur du réseau France terre de pollinisateurs pour l’OPIE (Office Pour les Insectes et leur Environnement)

L’Office pour les insectes et leur environnement, association créée en 1969, rassemble des naturalistes amateurs et professionnels, et agit pour la connaissance entomologique, la protection des milieux et la sensibilisation de tous les publics au monde des insectes.

Erosion de la biodiversité, crise de l’apiculture, déclin des insectes pollinisateurs sauvages ... Ces thèmes récurrents dans notre actualité mettent en lumière une fonction essentielle des écosystèmes, la pollinisation, et ses acteurs, en particulier les insectes sauvages. Tous les insectes sont-ils des pollinisateurs ? À quoi ressemblent-ils ? Quels types de relations entretiennent-ils avec la flore ? Quels enjeux pour la biodiversité et pour l’alimentation humaine ? Mais surtout, dans le cadre du Plan national d'actions « France Terre de pollinisateurs », que faire de pertinent pour leur sauvegarde ?

 

16h30 : Franck Aletru, apiculteur professionnel,

Les pesticides, un enjeu de société, leur impact sur les abeilles et sur les hommes. Problématique et solutions.

Franck Aletru est apiculteur professionnel depuis 1983 en Vendée.

Il a fait partie en 1997, des premiers lanceurs d'alerte à propos des impacts catastrophiques engendrés par les insecticides de la famille des néonicotinoides sur les abeilles et sur l'entomofaune en général. Aujourd'hui, il assume les responsabilités de Président du Syndicat National d'Apiculture et de Vice-président de l'ONG Terre d'abeilles. Par ailleurs il est rédacteur de la revue d'informations apicoles « L'abeille de France ».

L'apiculture a été pratiquée depuis l'Antiquité et bien avant encore, sous la forme de « chasseurs de miel ». Puis, de siècle en siècle, les connaissances sur le monde des abeilles et les bienfaits des produits de la ruche, ainsi que sur l'intérêt irremplaçable des abeilles en matière de pollinisation, se sont accumulées. Parallèlement, depuis l'après-guerre, l'agriculture moderne s'est construite en s'appuyant sur l'agrochimie. Ce développement au départ incontrôlé puis insuffisamment contrôlé a engendré des perturbations graves, tant dans l'environnement qu'en matière de santé humaine. Nombreux sont les scientifiques qui ont tiré la sonnette d'alarme. Il existe des solutions pour revenir à un équilibre environnemental, à la protection de la biodiversité et à une agriculture durable.

Une exposition

 

L’abeille noire illustrée

Par l’association L’Abeille Noire des Boutières

 

Les origines de cette exposition remontent à une quarantaine d'années lorsque, en Ardèche, une famille s'installe pour devenir apiculteur puis rapidement être reconnue par la communauté paysanne comme pratiquant un élevage de l'abeille noire respectueux et juste. Plus tard, avec l'apiculture française qui se modernise et impose à l'espèce des hybridations artificielles, les fermes historiques et la culture propre à l'élevage des abeilles noires vacillent en même temps que l'espèce fragilisée. S'en suivent vingt années d'accommodation pour repousser l'utilisation des techniques nouvelles qu'imposent les abeilles nouvellement crées. L'association L'abeille noire des Boutières se constitue en 2015. Sa première action fut alors de mettre en image, grâce au travail d'interprétation remarquable de l'illustratrice, les réalités bouleversantes que l'apiculture provoque sur la population naturelle d'abeilles mellifères. En France, plusieurs conservatoires travaillent pour la conservation de ce qui reste de cette abeille frugale, rustique et au combien essentielle si l'on veut parler d'apiculture durable dans un monde qui aujourd'hui laisse trop peu de place à la nature sauvage, tout autant nourricière. Cette exposition nous rappelle que l'abeille noire, seule abeille à miel naturellement présente en France, est une composante majeure de la biodiversité de l'espèce et nous invite, chacun, à participer à sa conservation.

 

Source : www.abeillenoiredesboutieres.fr

Une installation pour petits et grands : le Bestiaire Amoureux

Par CRÉATURES COMPAGNIE (Sarthe)

 

7 planches à taille humaine pour deux visages seront installées dans l’enceinte du prieuré. Il suffira d’y faire passer la tête, de faire un beau sourire, et vous obtiendrez une photo surprenante et originale !

 

Ces planches vous feront entrer dans la peau d’une créature fantastique. À plumes, écailles ou poils, ces créatures vous invitent à jouer un rôle, à endosser un costume de fête, à sourire ensemble.

 

Colorées, joyeuses, ces créatures vous proposent une mise en scène, une mise en relation d’un amour (fraternel, maternel ou paternel), d’une amitié, d’une affection.

 

Comme les attractions foraines d’autrefois, cette installation participative offre une immersion insolite et la possibilité d’immortaliser un instant partagé avec une personne complice.

 

Source : http://cie.creatures.free.fr/

Cuisine au miel, de 10h30 à 18h00

avec Gérard Provost, des Ruchers du Perche

 

Apiculteur depuis 1988, installé dans la région de Nogent-le-Rotrou, Gérard Provost lance en 2009 les Ruchers du Perche. Il produit du miel, ainsi que de nombreuses douceurs à base de miel, comme le pain d’épices et des petits sablés.

5 séances de démonstration-dégustation réparties sur la journée.

5 thèmes : miel et fromages ; légumes rôtis au miel ; viandes caramélisées au miel ; miel et crudités ; petits desserts au miel.

 

Les Partenaires

 

Les Amis du Perche

La Fédération des Amis du Perche est une société savante, fondée en 1947 par Georges Massiot. A partir de 1957, elle publie tous les trimestres les Cahiers Percherons. À partir de 1980, de nombreux livres font connaître le Perche d’autrefois pour mieux faire aimer le Perche d’aujourd’hui. Enfin, depuis 2004, elle édite le magazine Pays du Perche.

Cette activité d’édition s’accompagne d’actions pour défendre le patrimoine bâti et paysager du Perche.

La Fédération est partenaire des collectivités territoriales pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine du Perche.

Le rôle de la Fédération des Amis du Perche est donc primordial pour la connaissance, la défense, l’aménagement et le développement du Perche.

 

Union Apicole Ornaise (UAO)

Créé depuis plus de 70 ans, le syndicat UAO, qui représente les apiculteurs du département de l’Orne auprès des pouvoirs publics, regroupe plus de 400 adhérents. Parmi les nombreux services offerts à ces derniers, il propose, à partir de son groupement d'achats, une gamme très étendue de matériels et fournitures apicoles à des prix préférentiels de même pour l’assurance des ruches contractée de façon groupée pour ses adhérents. Par ailleurs l'UAO rend de nombreux services administratifs et travaille en coopération étroite avec le Centre d'étude Technique Apicole « Abeille Noire de l'Orne » CETA-ANO.

 

Centre d'étude Technique Apicole « Abeille Noire de l'Orne »

Issu des sections rucher-école et abeille noire de l'UAO, le CETA est une association loi 1901. Il a pour missions principales la sauvegarde de l'abeille noire et une formation apicole sérieuse et complète pour ses adhérents. Son action repose sur 3 piliers :

 

1) Les ruchers-écoles situés à Neuville-près-Sées, Carouges, Saint-Cyr-la-Rosière-Ecomusée du Perche, Nocé et Domfront,

 

2) Le conservatoire de l'abeille noire soutenu par le Parc naturel régional du Perche, le CNRS, avec lesquels le CETA a signé une convention de partenariat.

 

3) Le GAPANO, groupe de producteurs d’abeilles noires, susceptible de répondre à une demande croissante pour cette abeille.

 

Le Syndicat National des Apiculteurs (SNA)

Ce Syndicat possède 119 antennes départementales pour 32.000 adhérents. L’apiculture française compte 68.000 apiculteurs officiellement identifiés. A cela s’ajoutent les sympathisants qui se retrouvent en tant qu’abonnés à la revue l’Abeille de France. Cette revue, propriété du Syndicat et dont les articles retiennent plus de 60.000 lecteurs, est aujourd’hui la plus ancienne revue apicole française - puisque née avec le SNA en 1920 -, la plus vendue en France et la plus connue à l’échelon européen et mondial.

Le Syndicat a pour buts de représenter les syndicats adhérents et de défendre les intérêts économiques de leurs membres auprès des Pouvoirs Publics et des autres associations apicoles françaises, de favoriser et de promouvoir le développement de l’apiculture française et la production de miel indigène, d’améliorer les connaissances techniques des apiculteurs, de les défendre également en justice, soit individuellement, soit réunis dans leurs organisations professionnelles, de se constituer partie civile dans les poursuites introduites par le Ministère public, ou de citer directement en Justice toute infraction commise au préjudice des apiculteurs, ceci en application des lois de 1884 et 1920. Pour permettre aux associations CETA et autres organismes de participer à la défense de l'abeille partenaire de la biodiversité, il existe désormais la FNGTA (Fédération Nationale des Groupements Techniques Apicoles) dont le siège est basé à Paris. www.s-n-a.com Tél. : 01.45.22.48.42 abeille.de.france@wanadoo.fr

 

Section Apicole du GDSCO

Ce Groupement de Défense Sanitaire du Cheptel Ornais (GDSCO), créé en 2007, regroupe actuellement 260 adhérents et travaille principalement sur l’action sanitaire apicole (prévention et lutte contre les maladies des abeilles) et suit également les problèmes liés aux intoxications des abeilles. Ses actions :

 

¨ Une Assemblée Générale annuelle, une recherche d’information continue. La Section Apicole du GDSCO est affiliée à la Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles Départementales (FNOSAD). Une relation privilégiée, d’échanges et de discussions avec les Services Vétérinaires Départementaux.

 

¨ La gestion d’actions sanitaires sur le terrain, visite de ruches, de ruchers, suivi d’efficacité des médicaments vétérinaires, en liaison étroite avec la Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV). La vulgarisation des questions sanitaires, pour tous les possesseurs d’abeilles recensés dans le département, avec l’appui de la DSV. La rétrocession de produits de traitement, à un tarif très attractif pour les adhérents de la section.

 

¨ La sensibilisation du grand public et du monde agricole aux différents problèmes que rencontre l’abeille dans son environnement, par la présence de la Section Apicole du GDSCO lors de grandes manifestations, comme celle de la fête de l’abeille à l’Ecomusée du Perche, par exemple. La Section Apicole dispose d’un technicien spécialisé en santé de l’abeille pendant la saison apicole, soit environ 6 mois par an. Il est impliqué dans les diverses actions de la section et apporte un soutien aux adhérents pour assainir leurs ruchers. La Section Apicole du GDSCO accueille tous les possesseurs de ruches stationnées dans le département de l’Orne, quel que soit le nombre de ruches possédées.

 

Contact : Daniel Perret, Président de la Section Apicole Tél : 02 33 30 83 72

 

Retrouvez toutes nos fêtes et événements.

 

 

Renseignements et réservation : 

Écomusée du Perche 

Prieuré de Sainte-Gauburge

61130 Saint-Cyr-la-Rosière 

Tél. : 02 33 73 48 06

Nous contacter par mail