Expositions 2020

Chaque année, le musée puise dans son fonds documentaire et ses collections la matière d'un thème nouveau. 

Plusieurs créateurs : photographe, peintre, dessinateur, sculpteur présentent leurs œuvres dans la charreterie ou l'église du prieuré, deux lieux d'inspiration au plus proche du monde rural. 

Sculptures murales, Expressions cinétiques

de Thierry Trubert-Takato, sculpteur-céramiste et Kuni Takato, calligraphe. 

8 février 2020 - 8 mars 2020

Originaire de Ligron (72), Thierry Trubert-Takato apprend dès son plus jeune âge la technique du tour de potier dans la lignée de ses ancêtres, tourneurs potiers depuis plusieurs générations.

Thierry Trubert part s’installer au Japon en 1989. En 2012, il apprend le travail de la porcelaine dans l’île de Kyushu, à Arita-Imari, berceau de la porcelaine japonaise, riche d’une histoire de 400 ans. En 2013, il crée son propre atelier de céramique, à Itoshima. Il y travaille la porcelaine et mène pendant 4 ans des recherches sur le céladon afin d’en obtenir la teinte souhaitée, entre bleu ciel et vert pâle. Ses créations sont accompagnées des calligraphies délicatement mises en scène de Kuni Takato et d’oeuvres de son professeur et ami, Shoji Yamaguchi, potier.

 

Jour et Ombre

 

Photographies d’Anaïs Boudot

11 avril 2020 - 6 juin 2020

Dans le cadre du parcours Chemins de Traverse, en coproducon avec Art Culture & co Anaïs Boudot, invitée en résidence au Champ des Impossibles à l’automne 2019, présente Jour et Ombre dans le cadre de Chemins de Traverse, Parcours Art et Patrimoine en Perche 02, dont l’Écomusée est partenaire. Cet ensemble photographique exposé dans l’église du Prieuré de Sainte-Gauburge associe architectures vernaculaires et éléments naturels du Perche. Les images s’attachent principalement aux simples bâtis, maisons, fermes, granges. La série évoque des typologies comme celles de l’Inventaire ou celles issues de la tradition documentaire. Cependant, l’artiste s’éloigne volontairement d’une captation objective; ses images qui isolent les bâtiments par des fonds au noir, les placent ainsi dans un espace et une temporalité indéterminés. Il s’agit de révéler par l’image ce patrimoine de pierre, dont les formes simples et modestes ont traversé bien des époques, charriant avec elles le mystère des forêts et du bocage.

Jour et Ombre, titre de l’exposition, fait écho à l’inscription du cadran solaire de Préaux. Il rappelle le temps qui passe au fil des jours et évoque la succession de la lumière diurne à l’obscurité de la nuit, à l’instar des photographies d’Anaïs Boudot jouant d’un saisissant clair-obscur comme pour magnifier architectures et paysages percherons. .

 

La nouvelle Coutume du Perche (1558) : de l'usage, à la loi, d'hier à aujourd’hui

14 juillet 2020 - 23 décembre 2020

La Coutume du Perche est souvent citée comme référence historique fondatrice de l’identité du Perche. Mais qu’en est-il vraiment ? Pour faire simple, il s’agit de l’ensemble des lois propres à un territoire et aux populations qui l’habitent,

ici, en l’occurrence le Perche. Mais que nous disent-elles de notre histoire, de la façon dont les femmes et les

hommes vivaient « au temps de la Coutume » et qu’elles en sont les survivances aujourd’hui ?

 

Exposition disponible sur le WEB

Sur le chemin de l'école

Exposition numérique éditée sur le Web

L’écomusée, riche d’une belle collection d’objets et de mobilier scolaires, explore, ici, une mutation essentielle de la société sous la Troisième République. La gratuité et l’obligation de la scolarité, généralisée par les Lois de Jules Ferry (1881) transforment l’école en service public. À l'époque, la population française vit majoritairement du travail de la terre. Les mutations du monde agricole au XXe siècle impliquent une réforme des mentalités. Ainsi, l'école joue un rôle actif dans la vulgarisation scientifique de ces évolutions. Le monde rural et l'activité agricole occupent dans les manuels scolaires une place prépondérante jusqu'aux années 1960.

 

Découvrez l'exposition numérique en cliquant ici

Vaisselle de guerre ou du frichti à l'assiette commémorative

Les manières de table, passant de la gamelle à l’assiette historiée expriment heurs et malheurs d’une période tragique de notre histoire, la guerre 1914-1918.

Au cantonnement et sur le front, la gamelle et le bidon, ces objets du quotidien militaire, sont rudimentaires mais précieux pour le soldat. Pour lui la question de la nourriture et de la boisson est omniprésente.

A l’arrière, se joue une autre représentation, fervente ou mercantile, s’invitant à table, dans les vaisseliers et sur les murs. L’assiette historiée donne dans tous les registres, de l’humour à la plus grande martialité. La guerre de 14/18 a eu ses objets

dérivés.

 

Découvrez l'exposition numérique en cliquant ici

 

Renseignements et réservation : 

Écomusée du Perche 

Prieuré de Sainte-Gauburge

61130 Saint-Cyr-la-Rosière 

Tél. : 02 33 73 48 06

Nous contacter par mail